La révolution cricket-pop est en marche !

En cricket, la méthode Duckworth-Lewis permet de déterminer le score à atteindre pour l’équipe seconde à la batte dans les matchs au nombre de lancers limité interrompus par la pluie ou autres circonstances exceptionnelles, en fonction du nombre de lancers auxquels l’équipe en question doit encore faire face et du nombre de joueurs qu’il lui reste encore en course.

Vous n’avez rien compris ? Normal, nous non plus. Ce qui heureusement ne devrait pas nous empêcher d’apprécier le premier album éponyme de The Duckworth Lewis Method.

Pour rappel, DLM c’est Duckworth aka Thomas Walsh (de Pugwash) et Lewis aka Neil Hannon (The Divine Comedy) signant un album à la gloire du cricket. Est-ce totalement ironique ou à moitié seulement, il faudra attendre le 6 juillet pour le découvrir, bien qu’un petit player sur leur site officiel nous donne déjà un aperçu assez parlant des 12 morceaux du tracklisting, que voici :

1. The Coin Toss
2. The Age Of Revolution
3. Gentlemen And Players
4. The Sweet Spot
5. Jiggery Pokery
6. Mason On The Boundary (feat. Matt Berry)
7. Rain Stops Play
8. Meeting Mr Miandad
9. The Nightwatchman
10. Flatten The Hay
11. Test Match Special
12. The End Of The Over

On peut également y gagner un exemplaire de l’album signé par Duckworth et Lewis en personne, il suffit pour cela de se rendre dans la section Crickipedia (sic) et d’y proposer l’entrée qui les fera le plus rigoler... à réserver aux anglophones avertis donc, aussi bien pour le maniement de la langue que de l’humour si particulier de nos amis d’outre-Manche.

Par ailleurs, le single The Age Of Revolution qui précédera l’album dès le 28 juin en format digital uniquement, est toujours disponible à l’écoute sur le myspace du facétieux duo avec également Jiggery Pokery qui n’aurait pas démérité sur l’album Promenade de The Divine Comedy et surtout Flatten The Hay, petite merveille de chamber pop baroque flirtant du côté des Zombies ou de Sagittarius.

Quant à Gentlemen And Players, nos sémillants barbus nous en livrent une version aussi délirante que superbement dépouillée dans le taxi de l’équipe des Black Cab Sessions.

Enfin, parallèlement à ce projet et au travail qui continue sur le nouvel album de The Divine Comedy prévu pour la fin de l’année, Neil Hannon vient de réaliser un vieux rêve en composant sa première bande originale de film, pour la comédie irlandaise Wide Open Spaces qui sortira le 17 juillet outre-Manche : ou quand deux amis sur la paille acceptent de s’associer à un entrepreneur fou pour créer un parc sur le thème de la famine (!). Un exercice pour lequel le musicien avoue s’être inspiré du compositeur attitré de Fellini, Nino Rota, également connu pour son thème du Parrain de Coppola.

News - 24.06.2009 par RabbitInYourHeadlights
 


Ce soir chez Neil Hannon, c'est indie disco.

Le problème quand Neil Hannon décide de se séparer de Parlophone et de publier un album sans grand fracas promotionnel sous le label Divine Comedy Records, c’est que trois jours avant sa sortie on ne sait toujours pas vraiment ce qu’il en est. Ainsi, tout au plus connait-on de ce Bang Goes The Knighthood, auto-produit et enregistré entre Dublin (...)



Chroniques // 26 octobre 2016
The Divine Comedy

Petit retour en forme de l’un des plus grands songwriters, mélodistes et arrangeurs du dernier quart de siècle, Foreverland nous rappelle que certaines histoires d’amour durent toujours... même avec un groupe dont les plus belles heures appartiennent vraisemblablement à (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 19 juillet 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends