John Zorn - Filmworks XXIV - The Nobel Prizewinner

Des deux pièces contemporaines kafkaïennes Dictée / Liber Novus, intéressantes mais pas toujours des plus digestes, au free noise poussif d’ Ipsissimus qui voit l’équipe de The Crucible s’autoparodier dans une paradoxale bonne humeur, il ne fait pas bon apprécier la facette la plus expérimentale et bruitiste de John Zorn en cette année 2010 pourtant particulièrement productive pour le new-yorkais.

1. The Nobel Prize Winner
2. Writer’s Block (Ilse’s Theme)
3. The Depraved City
4. Annabel
5. Our In-House Dostoevsky
6. The Search
7. Dénouement
8. Door To Door
9. Suicidal Tendency
10. Fyodor And Annabel
11. Plagiarism
12. Moral And Immoral (Take 1)
13. Ghost Of A Guilty Conscience
14. Joachim West
15. Moral And Immoral (Take 2)

date de sortie : 24-08-2010 Label : Tzadik

Lequel heureusement, à l’exception notable du fulgurant Late Works avec Fred Frith à la guitare électrique dont le free jazz minimaliste et dissonant dominé par le saxo torturé du maître ménage également de belles accalmies aux songes angoissés, a choisi de se concentrer sur sa passion nouvelle pour un jazz limpide aux mélodies papillonnantes ou parfois plus mélancoliques, révélée par Alhambra Love Songs l’an dernier et dont ce nouvel opus de la série Filmworks est le parfait exemple. The Nobel Prizewinner, BO de commande pour une étrange comédie noire hollandaise sur la précarité des artistes maudits, fait ainsi la part belle au piano du désormais omniprésent Rob Burger, pilier de l’Alhambra Trio déjà à l’oeuvre cette année sur le diptyque constitué du parfait In Search Of The Miraculous et de sa redite plus easy listening, The Goddess - Music For The Ancient Of Days.

L’excellent Kenny Wollesen à la batterie et au vibraphone ainsi que le fidèle Trevor Dunn d’une discrétion exemplaire à la basse mais plus que jamais au fait des subtilités de son instrument complètent cette formation réduite, gage d’un résultat forcément plus light et coulant qu’ In Search Of The Miraculous. Moins ambitieux aussi, mais plutôt par un souci constant de simplicité, le trio délaissant les progressions spirituelles de cet authentique chef-d’oeuvre de jazz moderne au profit de morceaux en flux tendu dont les mélodies virevoltantes et les lignes de basse syncopées se teintent parfois d’influences latines voire un brin rétro.

Mais bien vite, ce sont les plages plus mélancoliques qui viennent à s’imposer, où Rob Burger parfois seul au piano (du titre éponyme donnant le ton en ouverture au poignant Our In-House Dostoevsky) laisse éclater son penchant pour les atmosphères de spleen cinématographique et même par moments pour un jazz plus soucieux si ce n’est angoissé. En témoignent le troublant The Search, puis cet inquiétant Suicidal Tendency carrément dissonant qui vient déjouer en milieu d’album les fausses impressions de facilité qui auraient pu s’installer entre-temps chez l’auditeur victime d’une première écoute distraite.

Car The Nobel Prizewinner, qu’on ne s’y méprenne pas au regard de son statut de commande ou de ses quelques variations obligatoires autour des thèmes centraux de l’oeuvre, est un album majeur dont l’hommage à Vince Guaraldi, influence prépondérante depuis Alhambra Love Songs, se double cette fois de superbes méditations à la Satie (cf. l’envoûtant Plagiarism, sommet mélodique de l’album). Une parfaite épure en somme dont la chaleureuse impression de facilité, si elle est bien l’apanage des plus grands, consacre définitivement John Zorn comme un virtuose de la composition jazz.

Chroniques - 13.10.2010 par RabbitInYourHeadlights
 


Bilan 2015, un casse-tête chinois - part 4 : Albums #80 - #71

De la douceur et du bruit dans cette troisième tranche d’albums où l’ambient d’outre-rêve, les bidouillages analogiques et le metal ont la part belle, hasard du classement dira-t-on.



Le streaming du jour #251 : Spécial Noël - les indés vous invitent à leur réveillon

Ne cherchez d’autre ligne directrice que celle du titre dans ce nouveau numéro du streaming du jour, tout le monde a mis la main à la patte pour vous proposer le plus fastueux des accompagnements de réveillon. Oubliez les traditionnelles compilations de Noël et laissez-vous guider, il y en aura pour tous les goûts, à toutes les sauces et surtout (...)



Chroniques // 16 septembre 2015
John Zorn

Mixture idéale de ferveur jazz pop à la Vince Guaraldi (la mélodie de Magic Carpet Ride parle d’elle-même), d’atmosphère onirique et de coolitude exotique, ce 5ème opus des Dreamers a tout pour faire oublier la veillée coquette mais paresseuse d’un Dreamer’s Christmas étonnamment peu audacieux de la part du sextette de magiciens au service des compos (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 22 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends