Prefuse 73 n’en a pas fini avec le hip-hop

Ceux qui craignaient que Guillermo Scott Herren n’ait définitivement fusionné ses projets Prefuse 73 et Savath & Savalas, à en juger par les plages aériennes et rêveuses aux harmonies éthérées de The Only She Chapters dépourvues de cette assise rythmique dérivée du hip-hop qui caractérisait jusqu’alors ses productions chez Warp, devraient se trouver rassurés par le nouvel EP du rappeur new-yorkais Creature offert au téléchargement du côté de Marathon Of Dope.

Récemment débarqué sur le netlabel de Speed Dial 7, l’ex Triflicts tiré de son underground la décennie passée par des collaborations de plus en plus remarquées (avec MF Doom, Busdriver, Rob Sonic ou Slug d’Atmosphere notamment) et des premières parties tout aussi prestigieuses pour Anti-Pop Consortium ou Kool Keith, a en effet confié les rênes de ces cinq titres à notre beatmaker latino-américain favori, l’occasion pour ce dernier après un EP ambient et psyché à souhait avec les Flaming Lips (toujours en écoute ici) de renouer avec les sonorités chaleureuses et syncopées, aux confins d’une électro volatile et d’un jazz abstrait, qui font aujourd’hui de lui la figure tutélaire de la scène glitch-hop de Los Angeles.

Quant à Creature, que l’on avait laissé sur l’album Hustle To Be Free en 2007, c’est avec autant de décontraction que d’intelligence mélodique qu’il pose ses rimes sur un EP dont on ne regrettera finalement que la courte durée, 11 minutes à peine qui passent en un éclair.

News - 16.09.2011 par RabbitInYourHeadlights
 


The Flaming Lips savent gâter les fans

The Flaming Lips sont en ce moment bien occupés à soutenir les Thunder d’Oklahoma City en finale NBA contre les Miami Heat, avec pour cette occasion une relecture de leur hymne Rice for The Prize : Et pourtant entre deux matchs de play-off à supporter Kevin Durant et consorts, le groupe pense également à ses fans en annonçant la (re)sortie de The (...)



Chroniques // 30 avril
The Flaming Lips

Après un With a Little Help from My Fwends encore plus gloubi-boulgesque et boursoufflé que l’album des Beatles qui l’avait inspiré, Miley Cyrus & Her Dead Petz que l’on avait bien fait de ne pas trop (voire pas du tout) prendre au sérieux et un Oczy Mlody d’où pas grand chose ne dépassait, la bande à Wayne Coyne livre sans grande difficulté (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 6 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends