Top albums - janvier 2012

Premier bilan de l’année placé sous le signe de l’atmosphère pour le Forum Indie Rock, voire d’une certaine torpeur qui sied à merveille entre deux bourrasques plus glaçantes à cet hiver débarqué sur le tard.


JPEG - 13.9 ko
Porcelain Raft - Strange Weekend disponible sur amazon.fr

1. Porcelain Raft - Strange Weekend

Et si on prenait à partie ce Strange Weekend de Porcelain Raft, et si on lui collait l’étiquette "nouvelle génération indé" qu’il mérite, histoire de faire comme dans les grands magazines ? Car l’italien Mauro Remiddi est tout de même l’exemple à suivre de nos jours, parti s’installer en Angleterre, l’un des berceaux de l’indie, parti dealer avec les Américains de Secretly Canadian, parce que c’est là que ça signe encore des artistes indés, un citoyen du monde, comme nous tous, qui pourra bientôt se payer des costards. Parce qu’il faut tout de même en parler, de son album qui tient tout autant de la pop des Pet Shop Boys que du meilleur de Robert Wratten (The Field Mice, Trembling Blue Stars) et notre premier coup de cœur de l’année. On n’en peut plus de ses superbes mélodies cotonneuses, de cette sorte d’électro-pop vaporeuse qui fait mouche à tout coup, de son génie qui surgit invariablement sur chacun des morceaux. Strange Weekend a choisi de se poser là, à mi-chemin entre la piaule et la chapelle, deux endroits rêvés pour l’écouter, même si on se doute bien qu’il ne s’arrêtera pas là. Trop fort.


JPEG - 22.3 ko
From The Mouth Of The Sun - Woven Tide disponible sur amazon.fr

2. From The Mouth Of The Sun - Woven Tide

Jasper TX s’en va, From The Mouth Of The Sun prend place ! Un mal pour un bien compte tenu de l’extrême richesse de ce Woven Tide, premier né de la collaboration entre Dag Rosenqvist et Aaron Martin : une longue et calme traversée instrumentale au milieu des étendues ambient classiques chères au Suédois, qui a contrario devrait faire des vagues chez les amateurs de musiques contemplatives. L’hiver bien installé confère en plus à ce disque une aura toute particulière.
Une pièce de plus dans une discographie jusqu’alors exemplaire, digne successeur du magnifique The Black Sun Transmissions.


Adrian Anioł - Arrhythmia

3 .Adrian Anioł - Arrhythmia

On vous l’avait dit au début du mois : Adrian Anioł, petit protégé de Erich Quach (aka thisquietarmy), est un artiste à suivre.
Bande-son d’un moyen métrage obscur, Arrythmia est un étrange voyage, une expérience sombre et mystérieuse. Le dark ambient d’ Arrythmia est glacé et claustrophobique, et les tempi lancinants marqués par des percussions aux accents industriels obsédants mettent vraiment mal à l’aise.
Bref une position dans notre top amplement méritée et un disque vivement recommandé à nos lecteurs fans de Nadja, thisquietarmy, Mamiffer, Horseback, etc.
Aucun doute que Adrian Anioł n’a pas fini de faire parler de lui.


JPEG - 13.2 ko
Trailer Trash Tracys - Ester disponible sur amazon.fr

4. Trailer Trash Tracys - Ester

Les Loveless de My Bloody Valentine et Garlands des Cocteau Twins ont encore de la marge. Mais l’arrivée du Ester de Trailer Trash Tracys dans nos discothèques a fait crépiter les compteurs geiger des amateurs de genres éthérés. Suzanne et sa bande se sont appropriés avec talent et justesse tout un pan de l’histoire du rock indé allant de Jesus & Mary Chain à Cranes en passant par Badalamenti. Vraiment bluffant.


JPEG - 13.7 ko
Liechtenstein - Fast Forward disponible sur amazon.fr

5. Liechtenstein - Fast Forward

Le (petit) monde de la twee-pop a beau être toujours aussi vivace, sa confidentialité reste un secret étonnamment bien gardé par les adeptes du genre. De temps en temps, on lâche quand même quelques belles héritières d’Amelia Fletcher (Tallulah Gosh, Heavenly, Tender Trap) dans la cour des grands. Survival Strategies in a Modern World en avait déjà épaté plus d’un, c’est donc tout logiquement que les Suédoises de Liechtenstein remettent ça. La voix, les chœurs, la basse en carton, les guitares faussement naïves, rien ne manque à l’appel pour un délice de pop sucrée mais pas trop.


JPEG - 5.4 ko
Matt Elliott - The Broken Man disponible sur amazon.fr

6. Matt Elliott - The Broken Man

Même en mode songwriter dépouillé, Matt Elliott ne fait rien comme les autres : de lamentations lancinantes sur plus de 10 minutes en complaintes folk sous perfusion balte ou latine, ce Broken Man aux mélodies vocales plus centrales que jamais n’a certes plus grand chose des fusions déliquescentes de The Third Eye Foundation mais que cette apparente limpidité ne trompe personne, les chairs du Bristolien demeurent tristes et disloquées comme à leurs plus belles heures électroniques.



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


dimanche 18 août 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends