7 IRM Breaking News #16 : Spécial électro - LPF12, Fuck Buttons, VNDL, Judith Juillerat, etc.

Beats, glitchs, drones, synthés et autres nappes texturées au programme de cette nouvelle série de brèves consacrée à l’actu électro, de l’underground qu’on aime aux grosses machines que l’on surveille du coin de l’œil.


1. adamned.age (électronica capiteuse)

Deux ans ont passé depuis le dernier LP d’adamned.age, que l’on retrouvait avec bonheur en janvier dernier sur la compil’ A Ghost In The Belly Of The Machine du blog Des Cendres à la Cave dont vous croiserez deux autres pensionnaires dans ce nouveau fil news. Heureusement, l’attente d’une suite ne devrait plus être bien longue puisque l’auteure de Fragile nous promet du neuf très bientôt chez Phonocake, premier extrait joliment aquatique et syncopé à l’appui :


En attendant d’en savoir davantage, l’Allemande nous gratifie en outre d’un bonus de choix orienté dub-techno, hommage à "son plus grand fan" autrement dit son chat siamois :



2. Comaduster/Access To Arasaka (pluie de météorites)

En guise d’avant-goût de l’album Hollow Worlds signé Comaduster que le label chicagoan publiera dans l’année, Tympanik Audio nous en offre un premier single enrobé de remixes et autre rareté (un nouveau mix du morceau-titre de son généreux EP de 2009 Slip Through ). Pour tout avouer, on n’est pas fana des vocalises emo du Canadien sur ce Winter Eyes dont la mixture de distorsions tranchantes et de beats électro-indus percutants flirte avec le revival EDM et le gros son rhythmic noise, mais quelques relectures viennent rétablir la balance IDM et en premier lieu celle d’Access To Arasaka avec le genre d’échappée cyberpunk galactique et déstructurée qu’on lui connaît :



3. Fuck Buttons (hype malade)

Street Horrrsing avait divisé la rédaction en 2008, coup d’esbroufe aux accents de doom édulcoré pour certains, coup de maître d’électro pervertie pour d’autres mais si Tarot Sport n’avait conforté aucun des deux camps, plaisir coupable de techno psyché aux effets éculés lorgnant sur les envolées d’un M83 toutes sirènes dehors, on laissera volontiers une chance à l’autoproduit Slow Focus, troisième opus du duo bristolien à paraître le 22 juillet chez ATP. Pourquoi donc ? Sûrement pas pour le déficit d’humilité d’un groupe qui prétend plus que jamais créer des paysages musicaux inédits (certains artistes de l’écurie I Had An Accident doivent en sourire), mais parce que cette version éditée du morceau The Red Wing suinte d’un petit groove délétère qui emmène pour la première fois Fuck Buttons en terrain glissant, pas encore dérangeant comme aime à s’en prévaloir la paire Andrew Hung/Benjamin John Power, mais glissant et c’est déjà pas mal :



4. Judith Juillerat (électro-pop virale)

Vous vouliez du malaise, oubliez donc Fuck Buttons et jetez plutôt une oreille aux pulsations béantes et autres distorsions déstabilisantes du single Stripped Trees de Judith Juillerat, dont le clip tout chaud nous permet de réparer une injustice en touchant deux mots de l’excellent Acting Out autoproduit l’été dernier par la Française qu’on avait notamment pu entendre avant ça chez Ab Ovo :


Pas faute d’avoir vibré à l’époque - et encore aujourd’hui - pour le successeur de Soliloquy, premier essai remarqué en 2005 sur le label teuton Shitkatapult (Apparat, Oval, T.Raumschmiere...), mais parfois l’ambition et la singularité ont un prix pour l’humble chroniqueur qui se retrouve dans de beaux draps à devoir résumer l’insaisissable. On se contentera donc pour faire court de parler de mélodies vocales toxiques, de saturations synthétiques, de nappes fantasmatiques et de beats insidieux, avant de se quitter sur un second extrait du film expérimental Witch’s Cradle réalisé en 1943 par Maya Deren et Marcel Duchamp, parfait contrepoint visuel à l’électro-pop décadente et hallucinée de ce superbe album :



5. LPF12 (épopée lunaire)

Récemment annoncé dans nos pages, le nouvel opus de l’Allemand Sascha Lemon se télécharge librement depuis quelques jours via Bandcamp. Retrouvant le format du fameux Circular Collapse et l’inspiration plus électronique qui nous avait fait découvrir le beatmaker à l’époque de son passage dans les rangs du netlabel Abstrakt Reflections sans pour autant renier les relents dark ambient de ses dernières sorties, Signals From The Season Of Dust cherche l’espoir dans la poussière d’un futur post-apocalyptique, irradiant l’atmosphère viciée de ses nappes claires-obscures et de ses beats lunaires :



6. Monolyth & Cobalt (poussière d’aurore)

A l’honneur de cette même rubrique il y a quelques jours pour son album De Lieux désormais en écoute ainsi qu’en précommande à l’approche d’une sortie officielle prévue demain chez Twice Removed Records, Monolyth & Cobalt prolonge le plaisir des amateurs de drone vaporeux aux glitchs électro-acoustiques délicats avec trois instrumentaux improvisés en une nuit et influencés l’un par l’autre à la manière d’une suite. Tout ça s’écoute via Soundcloud en attendant la prochaine sortie du Français début juillet, 20 pièces en collaboration avec autant de musiciennes et rassemblées sous l’intitulé The Dünen Diaries Chapt. I.



7. VNDL (déstructuration poétique)

Après un Gahrena : Paysages Électriques salué par la critique, le Montréalais Philippe Vandal aka VNDL refait surface toujours sur le label Hymen Records pour la suite de son premier coup d’essai, j’ai nommé Gahrena : Structures. Des extraits sont disponibles ici, site sur lequel vous pouvez également précommander la version physique avant le 18 juin, date de sortie officielle.



Photo : LPF12.
Rédacteurs : Rabbit (1, 2, 3, 4, 5, 6), HaveFaith (7).



Fuck Buttons, pour un automne tranquille...

Rarement un disque n’avait autant divisé dans nos pages que Street Horrrsing (lire notre chronique), premier opus insensé du duo noise anglais, Fuck Buttons. Disque ravageur au souffle destructeur pour les uns, dont l’auteur de ces lignes, vaste fumisterie totalement inoffensive orchestrée par Pitchfork & co. pour les autres, le premier album (...)



Chroniques // 7 décembre 2008
Fuck Buttons

Hype dévastatrice, critiques unanimes chez tout le gratin de la presse anglo-saxonne et programmation dans tous les festivals de l’été. En théorie, Fuck Buttons avait tout du parcours d’un groupe surestimé, profitant habilement de la vague et du succès facile. Imaginez maintenant que Street Horrrsing soit l’une des expériences les plus dingues de (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 24 avril 2019


Sulfure Festival

surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends