Le streaming du jour #997 : Jacob Faurholt - ’Corners’

Moins abrasif que ses sorties en tant que Crystal Shipsss mais finalement tout aussi névrosé sous ses refrains désarmants de simplicité, ce nouvel opus de Jacob Faurholt que l’on vous dévoile en avant-première confirme le talent de cet héritier de Daniel Johnston ou Mark Linkous pour un songwriting touchant de nudité, dont les mélodies généreuses contrastent avec des préoccupations nettement plus tourmentées.

Depuis l’EP Geek Love Is The Best Love, la frontière se fait ténue entre les deux identités du Danois, Corners s’ouvrant même sur une chanson-titre gentiment déglinguée qui n’aurait pas dépareillé sur l’éponyme de Crystal Shipsss, hantée dans sa dernière minute par un maelstrom de guitares shoegaze et de pianotages désaccordés. Autant dire qu’on est loin des arrangements à l’Américaine de Dark Hours, dont les humeurs sombres semblent également épargner la suite de ce cinquième album... du moins en apparence, car il n’est jamais question d’autre chose que d’amour déchues et de mal-être existentiel chez l’auteur du schizophrénique Dirty Dancer de l’an passé.

A la différence que la voix d’écorché de notre Berlinois d’adoption se met ici au service de petits hymnes lo-fi électrisants (Oh My Love, Rock n Roll) ou parfois à demi débranchés (Girls, SH) qu’on jurerait tout droit revenus des glorieuses 90, convoquant les mélodies désespérées mais paradoxalement réconfortantes voire faussement insouciantes des premiers Eels avec A Horse’s Head ou surtout Sing & Swing et ses arrangements désuets pas loin d’un Daisies of The Galaxy, l’intensité dépouillée des débuts de Bright Eyes ou les maux imagés de feu Sparklehorse.

Un disque qu’anime en somme bien plus de cœur et d’âme que la moyenne de ces sorties indie interchangeables et passe-partout dont les gros médias nous rebattent les oreilles depuis quelques années, en espérant sans trop y croire que ce Corners, premier chef-d’œuvre pop de 2014, ouvre à Jacob Faurholt les portes du même succès.


Streaming du jour - 18.01.2014 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Jacob Faurholt sur IRM - Site Officiel - Bandcamp