Sheik Anorak - Let’s Just Bullshit Our Way Through

Sheik Anorak poursuit son chemin solitaire et singulier. Plus aéré, les dissonances typiques arrondies par un habillage électronique élégant, Let’s Just Bullshit Our Way Through s’inscrit dans le cortex et dans la durée.

1. Speaking Voice
2. From A To Z
3. S.Barigool
4. So long
5. Liar
6. Call It Off
7. Upp Med Armarna

date de sortie : 06-02-2016 Label : Gaffer Records

Un pas de côté par rapport à Or, un pas en avant par rapport à Keep Your Hands Low. La répétition bruitiste du premier est quasiment absente de ce nouvel album alors que le chant qui avait fait sa timide apparition sur le second est beaucoup plus affirmé. Let’s Just Bullshit Our Way Through frappe de prime abord par son côté apaisé et son humeur invariablement mélancolique. Une atmosphère particulière posée dès l’entame, gouttes de percussions, mélodie douce-amère et nuage synthétique troublé. Tout aussi immédiat qu’alambiqué, le canevas élégant qui sort des enceintes à tôt fait d’envelopper le cortex et très vite, on se sent bien dans le disque. Bien sûr, on retrouve ça et là tout ce qui fait la patte de Sheik Anorak, les boucles de guitares, l’empilement, le travail rythmique mais au service de morceaux sans doute un peu plus prémédités et qui mettent en exergue un vrai sens de la composition et des arrangements. Moins échantillonné que par le passé, se concentrant sur une direction sans chercher à les explorer toutes, Let’s Just Bullshit Our Way Through montre une belle unité. Et puis il y a tout l’habillage électronique qui ajoute une strate supplémentaire au mille-feuilles existant. Il arrondit les angles, aère la musique et redistribue ses éléments, soulignant la mélodie et rendant la répétition encore plus saillante. Sous leurs dehors plus apaisés, plus légers, les morceaux se sont en réalité épaissis. Toujours aussi maître de ce qu’il joue, Sheik Anorak continue à filer l’oxymore : simple mais complexe, lumineux mais ombrageux, dissonant mais feutré, carré bien qu’en recherche. Poursuivant sa route sans jamais se répéter.

Il n’en reste pas moins que l’on reconnaît immédiatement le paradigme, tout jouer seul et sonner comme un groupe. Et puis, bien que circonscrit, Let’s Just Bullshit Our Way Through multiplie les approches. Un credo depuis le début, ça. Bien que le clair-obscur domine, que le sépia soit de mise, que l’intention et le climat perdurent tout du long, les chemins empruntés se révèlent toujours variés : instrumentaux, morceaux chantés, souvent ramassés, parfois longs, les nappes en avant quand elles ne sont pas en retrait, la mélodie exposée ou parfois bien planquée derrière une ossature qui laisse la transe passer au premier plan. L’éventail est assez large, la musique tintinnabule, bégaye, sort les griffes, apaise et tourbillonne si bien que le disque a beau être court, on a tout de même l’impression d’un voyage au long cours. D’un Speaking Voice délicat à la tension d’un So Long plus incisif planté au beau milieu jusqu’aux méandres martelés d’un Upp Med Armarna ultra-répétitif et donc hypnotique, Let’s Just Bullshit Our Way Through se déploie dans toutes les dimensions, tout à la fois électro et pop et noise et j’en oublie certainement. Très personnel, instinctif bien que réfléchi, le disque accapare et touche infiniment. On sent bien que Sheik Anorak ne s’interdit rien. À bien y regarder, en prenant un peu de hauteur et en scrutant le parcours discographique de ce seul avatar, ce qui transpire, c’est la recherche permanente, l’exploration qui tenaille un boulimique de musique investi dans tous les à-côtés de celle-ci.

On ne reviendra pas sur tous les projets dans lesquels Franck Garcia est impliqué mais il faut chercher là le moteur véritable de ses disques, ce qui les fait tenir debout quand l’inspiration et l’envie sont multiples. Aucun risque de dilution ni d’affadissement eu égard à l’expérience glanée au fil d’un parcours que l’on sait riche. C’est sans doute ça qui explique qu’un morceau aussi disloqué que Liar par exemple ou qu’un très ténu S.Barigool qui aurait pu n’être qu’ennuyeux fonctionnent et se révèlent aussi touchants. Derrière l’apparente simplicité se cache en réalité une vraie densité.

Ce n’est toujours pas avec celui-là que Sheik Anorak frisera l’anecdotique.


Let’s Just Bullshit Our Way Through est une sortie conjointe Gaffer Records (CD et digital) et Atypeek Music (digital).


Chroniques - 16.02.2016 par leoluce


Sheik Anorak : « Il n'y a pas de règles »

Depuis Day 01 en 2010, Sheik Anorak, one-man band derrière lequel se cache Frank Garcia, envoie régulièrement de ses nouvelles via des albums où la mélancolie ferraille avec des choses plus retorses. Comme ses disques ne prennent jamais la poussière, à la faveur de la sortie de North Star, on lui pose quelques questions pour tenter de comprendre (...)



Chroniques // 14 novembre 2017
Sheik Anorak

Sheik Anorak continue à arpenter un espace qui n’appartient qu’à lui : one-man band à la sensibilité exacerbée, il nous envoie quelques nouvelles par le biais de North Star, carnet de voyage doux-amer qu’on ne se lasse pas d’explorer.