Two Gallants - What The Toll Tells

Un homme qui siffle de cette façon, et dans l’instant qui suit, je vois un Lee Van Cleef, à l’entrée du saloon. Rêve de gamins ou pas cet album rameute les grands souvenirs ... mais pas seulement.

1. las cruces jail
2. steady rollin’
3. some slender rest
4. long summer day
5. the prodigal son
6. threnody in minor b
7. 16th st. dozens
8. age of assassins
9. waves of grain

date de sortie : 21-02-2006 Label : Saddle Creek

Un disque pareil, on jurerait, à peine sorti, qu’il est déjà déclaré hors la loi. Sa tête sera mise à prix, il suffit d’y croire.

Il faut dire aussi que ces 2 là, on sait d’où ils viennent. Las Crucas Jail, c’est au Nouveau Mexique, et ils commençaient à sentir le renfermé. Mais ça ne les empêchait pas de faire les malins, l’un à la guitare et l’autre à la batterie. Chanter "My lovin’ baby she’s a ball and chain", ça les faisait rire. J’aurais dû me douter que leur air hirsute, sentait à plein nez l’entourloupe. Ils allaient se faire la belle, trop ingénieux pour croupir, même dans un très bon western.

JPEG - 11.8 ko
two gallants

Au départ, ce n’était que des gamins, à peine vingt ans, et des rêves de cowboy plein la tête. Mais l’un d’entre eux, Adam Stephens, avait cette voix qui sied si bien à nos héros, et des textes à faire palir plus d’un parolier. On se retrouvait donc rapidement avec la bonne musique, le bon chant, mais pas que ça. Le Long Summer Day, par exemple, reprenait un texte écrit par un criminel d’époque. Les sud-américains du début du siècle dernier, étaient un peu chaud et paresseux semble-t-il.

Des bons gars, je vous dit. Je les entendais bien, gratouiller des ballades à faire chialer. Et puis l’harmonica, voire le violon, ça aide pas non plus. Du poils qui se dressent et des larmes aux yeux, y’en a eu et y’en aura encore. Oui, ça me ferait chialer, vraiment chialer de savoir que voilà, c’est fini, ils sont partis à la conquête du monde, avec leur disque folk punk ou blues déjanté, allez savoir. Tout ça, je ne sais fichtre pas ce que c’est, mais ces voyous là, avec 2/3 instruments et une voix, ils te retournent le coeur et te redonnent le goût à rêver.

L’Amérique profonde, les Two Gallants en connaissent un rayon, et avec tout la hargne nécéssaire, ils mettent le feu, les plumes et le goudron à une époque, à notre époque. Prenez en soin, c’est pas des gamins de la ville, et surveillez votre langage, c’est aussi des franc-tireurs. Un album pareil, à peine sorti, impose déjà le respect.

Chroniques - 22.02.2006 par indie
 


Articles // 23 décembre 2006
Day 3 : Du caribou rôti

Un Caribou c’est comme un renne mais canadien, me dit le ouaibe. Et le Canada c’est l’Amérique et un peu de francophonie. "L’Amériqueuuh, l’Amériqueuuh, je veux l’avoir, et le l’aurai..." C’est tout Indie ça tiens, une oreille agitée au rock fièvreux d’outre-atlantique, l’autre bercée à son pendant français... bien sûr un peu d’Angleterre au milieu, et puis (...)



News // 3 septembre 2012
Le nouveau Two Gallants chez Fargo

Certes, on a vu passer les albums respectifs de Adam Haworth Stephens et Tyson Voegel (Devotionnals) il y a maintenant deux ans, mais on est quand même plus que ravi de retrouver les san-franciscains ensemble sous la bannière Two Gallants. 5 ans tout de même qu’on attendait une suite à leur album éponyme. Produit par John Congleton (The Walkmen, (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 22 novembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends