C’est la crise : dépôt de bilan 2008

Rituel désormais traditionnel accompagnant les fêtes de fin d’année, le bilan démontre, puisque cela paraît nécessaire à la suite de certaines lectures, que l’année fut, musicalement du moins, tout aussi riche que 2007.

Alors oui, la crise, la crise, tout le monde n’a plus que ce mot-là à la bouche ! La crise économique, la crise immobilière, la crise chez les Socialistes... puis la crise du disque, encore, les Majors nous en rebattent les oreilles depuis assez longtemps – forcément, puisque nombre d’artistes font leur album à la maison ou presque – la crise de foie, en cette période de l’année... bref, on la voit partout. Sauf là où on l’aurait souhaité : le mot "hype" n’a en effet jamais été aussi présent. En musique, mais pas seulement, puisqu’on se permet de s’approprier des lieux quasi-historiques du Vieux Pigalle, par exemple, pour les détruire et les transformer en repères de branchouillards qui écoutent évidemment les-dits groupes dont la qualité de la musique ne fait visiblement pas partie de leurs critères. Ainsi on constate sans mal que la "hype" n’est finalement qu’une attitude à suivre bêtement si on veut être "dans le coup", au-delà même de la popularité - ou non - des artistes et du contenu de leur musique.
Heureusement, la diversification et la démocratisation des moyens de communication, le Web en tête, permettent de faire de belles (re-)découvertes et de contribuer ainsi à la richesse musicale dont l’année 2008 se fait le nouvel écho.

1. The Rip - Portishead

LES ALBUMS


Il est vrai que j’en attendais un certain nombre. D’artistes considérés comme valeurs sûres, à d’autres dont les premiers albums ne pouvaient que me laisser sur ma faim. C’était sans compter les nombreuses découvertes / bonnes surprises que 2008 m’a réservées, entre les nouveaux talents et les groupes qui n’étaient pas parvenus à mes oreilles jusque là.


1. Portishead – Third
2. Mogwai – The Hawk Is Howling
3. A Silver Mount Zion – 13 Blues For Thirteen Moons
4. Crëvecoeur – II
5. Envelopes – Here Comes The Wind
6. Anne Clark – The Smallest Acts Of Kindness
7. Uzi & Ari - Headworms
8. Why ? - Alopecia
9. Roommate – We Were Enchanted
10. Borko – Celebrating Life

Un de mes groupes cultes s’il en est, ma plus grosse attente de 2008 (mais des années précédentes également), Third fut aussi ma plus grosse claque. C’est l’album qui s’est vraiment démarqué des autres cette année. Des entrées, de petits nouveaux ou presque de la scène indie, des découvertes, de groupes déjà connus et reconnus par certains (Why ?, Anne Clark) et des confirmations, de groupes que je porte dans mon cœur depuis quelques années déjà (Portishead, donc, Mogwai et A Silver Mount Zion).
Cependant, je suis quelque part la première étonnée à ne pas voir Sigur Rós dans les dix premiers... Ne cherchez pas, il ne figure pas davantage dans les dix suivants. Pas tant que le disque soit mauvais, mais plutôt que je n’ai pas réussi à rentrer dedans. Peut-être que j’en attendais plus après leur excellente compilation Hvarf / Heim. Dans la famille des déceptions, mais dans une moindre mesure : Bang Gang dont le Ghosts From The Past est beaucoup trop hétérogène dans son ensemble.

11. UNKLE – End Titles... Stories For Film
12. Earth – The Bees Made Honey In The Lion’s Skull
13. Ratatat – LP3
14. Beck – Modern Guilt
15. Deschannel – They Know Nothing, They Recite !
16. Son Lux – At War With Walls And Mazes
17. Expérience – Nous (en) Sommes Encore Là
18. The Notwist – The Devil, You + Me
19. Goldfrapp – Seventh Tree
20. Flying Lotus – Los Angeles

C’est à partir de la onzième place que ça s’est corsé. Car si les dix premiers noms sont ressortis assez facilement, départager les trente poursuivants, nominés arbitrairement par mes soins, ne fut pas une tâche aisée. Beaucoup des figurants n’en sont pas à leur premier essai, mais, mis à part Goldfrapp, je n’avais alors que trop survolé leur musique – erreur que je compte réparer sous peu.

Deux mentions spéciales cependant. La première à The Breeders. En effet, même si Mountain Battles ne pouvait pas légitimement trouver sa place ici - il est évidemment loin de ce que laissait entrevoir Title TK - il demeure un album plus qu’agréable et efficace. Et puis cet album aura été le prétexte légitime à une tournée des sœurs Deal, un rêve d’ado qui a enfin pu se réaliser, j’y reviendrai.
La seconde à un jeune groupe français : Lovely Girls Are Blind, qui a livré un premier album éponyme à tendance post-rock de très bonne facture qui n’est pas sans rappeler parfois A Silver Mt. Zion. Il comporte cependant quelques (rares) longueurs, peut-être dûes à l’excellence de certains titres. Belle confirmation après leur EP Gennevilliers (lire notre chronique).

2. Smoke In The Desert, Eating The Sand, Hide In The Grass - Envelopes

LES EP’S


D’habitude, je dois bien le reconnaître, j’écoute trop peu d’EP’s pour en faire un classement, non pas que le format me déplaise, c’est surtout un manque de temps perpétuel qui m’en empêche. Mais cette année, comment passer à côté de ces Petits qui ont tout des Grands ?

1. Mogwai - Batcat
2. 50 Foot Waves – Power + Light
3. 21 Love Hotel – Our Hearts Belong To The Storm
4. Iliketrains – The Christmas Tree Ship
5. Nine Inch Nails – Ghosts I - IV

3. Full Moon - Anne Clark

LES CONCERTS


Avec seulement une dizaine de concerts cette année et évidemment beaucoup de regrets d’en avoir laissé passer certains (Radiohead en tête), je ne peux pas terminer ce bilan sans en mentionner cinq qui m’ont particulièrement touchée, tant au niveau de la qualité musicale qu’à un niveau plus... sentimental (pour Joan Baez notamment).

1. Portishead, 5 mai 2008, Le Zénith (Paris)
2. The Breeders, 18 avril 2008, La Cigale (Paris)
2. Envelopes, 21 mai 2008, Le Sonic (Lyon)
4. 21 Love Hotel, The Fitzacarraldo Sessions, Phoebe Kildeer, 17 novembre 2008, Le Café de la Danse (Paris)
5. Joan Baez, 13 octobre 2008, Le Palais des Congrès (Paris)



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 11 décembre 2018


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends