12 labels à suivre en 2012 - Ohm Resistance

On a vécu ce cru 2011 au rythme de leurs sorties aussi attachantes qu’exigeantes, et on les suivra assurément de près l’an prochain : petit tour d’horizon, mené jour après jour par leurs patrons eux-mêmes, de ces labels singuliers qui ont marqué notre année musicale et qu’il ne faudra plus lâcher d’une oreille, si ce n’était déjà le cas.

Aujourd’hui direction Brooklyn et son underground pluri-culturel voire carrément mondialiste avec Ohm Resistance, un label dont l’engagement dans la promotion des musiques extrêmes de tous horizons n’est plus à prouver. A sa tête, Kurt Gluck aka Submerged, qui s’était déjà prêté au jeu de l’interview l’an dernier dans nos pages à l’occasion de la sortie du premier album de The Blood Of Heroes, projet collectif formé autour de Justin Broderick et Bill Laswell qui aura eu le mérite de faire connaître l’écurie new-yorkaise d’un plus large public. Submerged, lui-même auteur cette année d’un troisième sommet de drum’n’bass apocalyptique convoquant justement une bonne partie du casting de TBOH, s’est donc vu poser les mêmes question qu’à Dmytro Fedorenko de Kvitnu et si ses réponses ont été plus lapidaires, elles ne s’en avèrent pas moins précises et acérées, à l’image d’un label porté depuis une dizaine d’années maintenant sur les beats tranchants, les guitares barbelées et autre tabassages électro/noise crépusculaires.


L’interview


- Si vous deviez nous présenter le label en quelques mots, quels seraient-ils ?

De vrais artistes dont les concepts sont soutenus par des actes. Peu importe le genre, peu importe à quel point c’est métissé ou mélangé, nos concepts c’est ce à quoi l’on croît et pas une réaction à quelque marché supposé. Chez Ohm Resistance, les artistes ont toujours la décision finale.

- Comment le contexte économique, technologique et/ou culturel a-t-il influencé votre façon de concevoir l’édition musicale ces dernières années ?

A choisir, nous sommes devenus plus grands. Nous avons vu ceux qui n’y "étaient pas pour la vie" jeter l’éponge, et notre propre espace s’élargir. Donc s’il fallait retenir quelque chose de ces dernières années, c’est bien notre volonté d’expansion.

- Sur quels aspects voyez-vous le label évoluer en 2012 ?

Davantage de projets multimédia, plus de concerts regroupant le line-up du label entier, recommencer à sortir des vinyles contre souscription... les idées affluent sans fin.

- Quel artiste du label vous a le plus impressionné cette année, et pourquoi ?

Gator Bait Ten [ndlr : chroniqué en mars dernier]. Le projet de l’un des fondateurs du label qui nous avait quittés pour poursuivre d’autres opportunités avant de finalement revenir accompagné de ce groupe incroyable, et de me demander d’y jouer de la basse. Et je crois que le résultat est ce que j’ai préféré du label cette année. Mixé par Joel Hamilton, le champion d’Ohm Resistance aux manettes - juste un disque dérangeant qui s’est insinué dans la conscience des gens.

- Un nom à surveiller de près sur le label l’année prochaine ?

Et bien, il me faut absolument en donner deux : Gunshae, originaire de Vancouver, et les Polonais Bojanek & Michalowski. Tous deux atmosphériques, tous deux superbes mais aussi très différents dans leurs sentiments.

- Un dernier disque à écouter avant la fin du monde ?

Scorn - Logghi Barogghi. L’inspiration pour tout ce que nous faisons !


Ohm Resistance en 2011


- Un disque : Imaginary Forces - Uppstigande

Chef-d’œuvre encore tout chaud de dark noise lancinante et glacée mariant beats post-industriels, rythmes tribaux, interférences électroniques, dissonances analogiques et drones abrasifs, ce deuxième album d’Anthoney J. Hart chez Ohm Resistance nous paraîtrait presque accueillant au regard des expérimentations menées par l’Anglais via Bandcamp depuis la sortie du terrifiant Filth Columnist en début d’année dernière, qu’il s’agisse de field recordings tempétueux, d’IDM anxiogène, d’oscillations technoïdes ou de "simple" bruit blanc. Mais que l’on ne s’y méprenne pas : bien que plus épuré et minimaliste que son prédécesseur dont les enchevêtrements cauchemardesques lorgnaient largement sur une drum’n’bass menaçante et morbide, Uppstigande n’en demeure pas moins malaisant, et même de plus en plus à mesure que sa dimension hypnotique nous coupe du monde extérieur pour nous en dévoiler le revers, champ de cadavres en décomposition grouillant de joyeux diptères et autres nécrophores besogneux.

- Un morceau : Scorn - Shake Hands


Extrait de l’EP Yozza qui restera vraisemblablement la dernière réalisation de Mick Harris en tant que Scorn, l’auteur de Refuse ; Start Fires ayant signifié il y a quelques jours son désir de laisser cette identité derrière lui pour prendre un peu de recul avant de se consacrer à d’éventuels nouveaux projets.

- Une vidéo : Merzbow/Balázs Pándi - Live @ Le Poisson Rouge, New-York (26-09-2010)


Un bout de live, parce que c’est de toute façon ce que nous propose le duo formé par le bruitiste japonais et le batteur hongrois (croisé par ailleurs sur l’album sus-mentionné d’Imaginary Forces) avec Ducks, largement improvisé sur cette même scène du club Le Poisson Rouge à New-York. Et parce que c’est sûrement encore pire de visu... ou meilleur bien sûr, ça dépend le degré de résistance de vos oreilles à ce genre de déferlements harsh noise sans inhibition ni concession.

- Une chronique... ou plutôt deux, tiens : Melamin & Wicked Sway - Metamorphosis / Balkansky - The Temple

Soit un Américain, un Russe et un Bulgare - plus quelques invités pour ce dernier - qui furent seuls ou presque pour sauver l’honneur du dubstep cette année, que ce soit pour le duo Melamin & Wicked Sway en le poussant dans ses ultimes retranchements de virtuosité sauvage et ténébreuse, ou pour Balkansky en le phogocytant et en l’entraînant peu à peu vers le fond en compagnie de ses cousines IDM et d’n’b.


Ohm Resistance sur Facebook - Site Officiel - Soundcloud


English version :


- If you would have to indroduce the label in a few words, what would they be ?

Real artists who back their concepts up with their actions. No matter what genre, no matter how crossed over or mixed up, our concepts are what we believe in and not a reaction to any supposed market. At Ohm Resistance, the artists have final cut.

- How did the economic, technological and/or cultural environment influence your way of thinking about music publishing in the past few years ?

If anything we went bigger. We saw as other people who weren’t "in it for life" drop out, we saw our place to stand getting bigger. So if anything in the last few years, we thought to expand.

- In which ways could the label evolve in 2012 ?

More multimedia projects, more live shows with the label’s line up performing together, taking it back to doing vinyl subscription series... the ideas are endless.

- Which artist from the label impressed you the most in 2011, and why ?

Gator Bait Ten. A project from one of the originators of the label who had left to pursue other opportunities and came back with this amazing band, and asked me to play bass in it, and I believe the end result is my favourite of the label this year. Mixed by Ohm Resistance’s top man at the controls, Joel Hamilton - just a disturbing record that has been creeping into people’s consciousness.

- A name to watch closely on the label next year ?

Well I have to give 2 : Vancouver’s Gunshae and Poland’s Bojanek & Michalowski. Both ambience, both beautiful, but both very different at the heart.

- A final record to listen to before the world ends ?

Scorn - Logghi Barogghi. The inspiration for it all !


Articles - 17.12.2011 par RabbitInYourHeadlights
... et plus si affinités ...
Scorn sur IRM - Myspace - Site Officiel
Submerged sur IRM
Imaginary Forces sur IRM - Site Officiel - Bandcamp
Merzbow sur IRM - Site Officiel - Myspace
Gator Bait Ten sur IRM
Balkansky sur IRM
Melamin sur IRM
Wicked Sway sur IRM
Balázs Pándi sur IRM

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 18 septembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends