Brandt Brauer Frick sonne la révolte électro-jazz

Rénovateurs d’une approche croisée de la techno, du jazz et de la musique de chambre qui avait rarement su porter ses fruits, les Allemands Brandt Brauer Frick avaient déjà décliné leur mixture percussive et minimaliste sur deux albums aussi intenses qu’élégants, dont le fameux Mr. Machine avec en renfort acoustique un ensemble de musiciens classiques et jazz, et les interventions vocales d’Agnes Obel ou Emika.

Ce sont justement ces envies de collaboration qui ont contribué à façonner l’esthétique de Miami, petit troisième à paraître le 11 mars chez !K7 qui voit Daniel Brandt, Jan Brauer et Paul Frick faire appel aux participations du producteur hip-hop Om’mas Keith (Sa-Ra Creative Partners), de Grudun Gut (ex claviériste d’Einstürzende Neubauten), d’Erika Janunger, de la Russe Nina Kraviz (on ne peut qu’approuver) ou encore de Jamie Lidell, soulman azimuté du label Warp dont les vocalises haut perchées, délicatement manipulées par le groupe sur fond de beats sourds et de cuivres martiaux, habitent le premier extrait Broken Pieces en écoute ci-dessous :


Également interprété live lors du dernier Melt ! Festival en version instrumentale, le titre vient confirmer la direction plus sombre et frontale annoncée pour ce troisième opus. "Nous voulions être plus spontanés cette fois", avoue ainsi Paul Frick. "Nous souhaitions quelque chose de très différent, plus ténébreux et brut de décoffrage. Écrire des chansons plutôt que des morceaux qui évoluent progressivement." L’occasion à n’en pas douter de quelques belles frictions entre percussions et électronique à l’image de la performance sus-mentionnée :


Une direction déjà entraperçue sur les récents remixes du groupe, à l’instar de cette relecture du pianiste luxembourgeois Francesco Tristano, toute en tension hypnotique et pulsations épiques par-delà ses éclats jazzy :


... ou encore du Dreams Today des Danois Efterklang dont l’entame menaçante met d’autant plus en valeur une envolées finale renouant avec les cascades célestes de l’original (ici proposé avant le remix) :


Mais ne vous y trompez pas, ça sent la révolte et le piano préparé des Allemands n’a pas fini d’en souffrir pour notre plus grand plaisir :


Quant à la compagnie Park Bennett qui s’est chargée de ce trailer hommage au mouvement Fluxus (inspiré tout comme BBF des enseignements de John Cage) et à laquelle on devait déjà les fabuleuses vidéos du trio, il en signera également les visuels scéniques que vous pourrez notamment apprécier à l’occasion des dates suivantes :

- 13 mars : Le Transbordeur, Lyon
- 14 mars : Les Trinitaires, Metz
- 15 mars : Le Point Ephémère, Paris

News - 12.02.2013 par RabbitInYourHeadlights
 


Le streaming du jour #693 : Brandt Brauer Frick - 'Miami', Low - 'The Invisible Way' & Suede - 'Bloodsports'

Triple streaming aujourd’hui autour de trois albums particulièrement attendus ce mois-ci. Entre le nouveau brûlot transgressif d’un trio allemand en perpétuelle réinvention, la dernière pierre à l’édifice d’un d’un pilier indie d’outre-Atlantique rarement décevant et le comeback discutable d’un mythe anglais écorché par le poids des années, un seul et (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


lundi 21 octobre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends