Morrissey - Olympia (Paris)

le 11/04/2006

Morrissey - Olympia (Paris)

Arrivés après la première partie (Boyfriends) dans un Olympia affiché complet depuis plusieurs semaines, mes camardes et moi-même avons eu juste le temps de passer par le bar et trouver notre place, que les lumières s’éteignent déjà et qu’une drôle de musique accompagnée d’un jeu de lumières kitschissime envahissent la salle.

Une fois la plaisanterie terminée, place au show avec une entrée sur scène de Dieu et ses apôtres pour le moins théâtrale, First Of The Gang To Die ouvrant le bal.

Sur le fond de la scène pas de Morrissey en immenses lettres rouges comme au Zénith (2004), mais une photo de Sacha Distel jeune, une manière pour le Moz de porter un énième hommage à l’homme aux scoubidou-bidou-ouah, pour lequel il avait une grande admiration et avec qui il aurait dû collaboré si le destin en avait décidé autrement ; tandis que la batterie s’affiche aux couleurs de l’Italie, le devant de la grosse caisse étant peinte en vert, blanc, rouge.

Entre deux chansons, Morrissey est parlant, il rigole, écoute les fans de devant, nous cite ses artistes français préférés : Claude Brasseur, Sami Frey, Françoise Hardy, Brigitte Bardot (sur laquelle il émet néanmoins quelques réserves quant à ses orientations politiques) et Serge Gainsbourg.

Comme d’habitude, il s’eclipse parfois pour changer de chemise, n’en jettant qu’une (la noire) au public à la fin How Soon Is Now ?. Tout au long du concert, il interprête ses tubes avec la voix, la gestuelle et le charisme qu’on lui connait, un véritable régal pour les yeux et les oreilles.

Rien à redire au niveau de la setlist qui mélangeait habilement des classiques des Smiths (Girlfriend In A Coma , How Soon Is Now ?, Last Night I Dreamt That Somebody Loved Me en guise de final), des tubes post-Smiths (Let Me Kiss You, Trouble Loves Me reprise en cœur par une bonne partie du public, Irish Blood, English Heart qui provoque un petit raz-de-marée dans la fosse), et évidemment des titres issus de ’Ringleader Of The Tormentors’comme l’envoutante Life Is A Pigsty, You Have Killed Me ou I Will See You In Far-off Places.

Comme tout bon concert, une sensation de trop court apparait quand les lumières se rallument après une heure trente de bonheur musical. Vivement le prochain !

Setlist complète :
First Of The Gang To Die
Still Ill
You Have Killed Me
The Youngest Was The Most Loved
Reader Meet Author
Let Me Kiss You
My Life Is A Succession Of People Saying Goodbye
Girlfriend In A Coma
I Will See You In Far-off Places
To Me You Are A Work Of Art
Life Is A Pigsty
Trouble Loves Me
How Soon Is Now ?
Irish Blood, English Heart
A Song From Under The Floorboards (Magazine’s cover)
I Just Want To See The Boy Happy
At Last I Am Born
- -
Last Night I Dreamt That Somebody Loved Me


( pix )

 


On recommande également :


News // 3 janvier 2009
2009 : année Morrissey ?

Alors que le 22 mai prochain, l’ex-leader de The Smiths qu’on ne présente plus fêtera ses 50 ans, pourquoi ne pas déclarer 2009 : année Morrissey ? Ce serait un juste hommage qu’on pourrait lui rendre et dans tous les cas ses fans vont être servis. 9 février 2009 : sortie d’un premier single intitulé I’m Throwing My Arms Around Paris, un morceau pas (...)



Chroniques // 20 mars 2006
Morrissey

L’album Kill Uncle de Morrissey mérite bien un plaidoyer de ma part. Et oui, si vous ne le saviez pas encore, je pense sincèrement que c’est son meilleur album, des années 90, et en solo ... et pour cause.




MORRISSEY AND MARSHALL TOM MCQ BUTTERFLY AND RON LIVE HALF MOON PUTNEY

Morrissey-WEDDING BELL BLUES [Laura Nyro]-Live-FivePoint Amphitheatre, Irvine-Oct 5, 2019-Smiths Moz

Morrissey-I WHISH YOU LONELY-Live @ FivePoint Amphitheatre, Irvine CA-October 5, 2019-The Smiths Moz

Morrissey Live Houston 2019 HD Stereo

Morrissey - Encore - I Wont Share You (Live @ Hollywood Bowl 2019)

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 10 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends