Les Flaming Lips adoptent la position foetale

C’est le 13 octobre prochain que paraîtra toujours via Warner le douzième album studio des Flaming Lips en 13 ans. Réalisé pour une majeure partie en mai dernier dans une maison vide appartenant au multi-instrumentiste Steven Drozd, le successeur du sous-estimé At War With The Mystics sera double et verra les participations d’MGMT sur un morceau, de Karen O, chanteuse des Yeah Yeah Yeahs sur deux autres titres pour lesquels sa contribution vocale aurait été enregistrée... par téléphone, avec également au spoken word un certain mathématicien allemand (?). Quant aux différents formats disponibles, Wayne Coyne lui-même s’en emmêlerait presque les pinceaux :

Annoncé comme très différent des deux opus précédents du combo d’Oklahoma City (manque sur la photo le batteur Kliph Scurlock qui tient le blog/site officiel du groupe) lequel avoue avoir été influencé cette fois par des artistes aussi différents que Joy Division, Miles Davis ou John Lennon, Embryonic contiendra donc 18 morceaux pour plus de 70 minutes de musique :

1. Convinced Of The Hex
2. The Sparrow Looks Up At The Machine
3. Evil
4. Aquarius Sabotage
5. See The Leaves
6. If
7. Gemini Syringes
8. Your Bats
9. Powerless
10. The Ego’s Last Stand
11. I Can Be A Frog (feat. Karen O)
12. Sagittarius Silver Announcement
13. Worm Mountain (feat. MGMT)
14. Scorpio Sword
15. The Impulse
16. Silver Trembling Hands
17. Virgo Self-Esteem Broadcast
18. Watching the Planets (feat. Karen O)

"Certains de mes albums favoris - tels que le White Album des Beatles, Physical Graffiti par Led Zeppelin voire même certains enregistrements parmi les plus longs des Clash – me plaisent justement pour leur capacité à s’éparpiller", explique Wayne Coyne qui a choisi cette fois de laisser libre court à ses idées sans restriction aucune. "C’est un peu comme s’ils choisissaient généreusement de partir dans tous les sens pour que chacun ait quelque chose à y prendre". Il faudra donc s’attendre à quelque chose de plus décousu qu’à l’accoutumée mais aussi de moins "léché" qu’un Yoshimi en matière de production, l’album étant le premier depuis 1993 et Transmissions From The Satellite Heart à ne pas bénéficier de la science sonique de Dave Fridmann, qui a néanmoins prêté son studio pour quelques sessions d’enregistrement supplémentaires.

Et à entendre les premiers extraits en écoute sur myspace (Convinced Of The Hex, The Impulse et Silver Trembling Hands, compilés sur un EP d’ores et déjà disponible au format digital pour les plus pressés) qui sonnent comme un parfait compromis entre le lyrisme de leurs derniers albums en date et le psychédélisme barré de leurs débuts, ça promet autant sur disque que pour les prochains concerts du groupe :

A noter enfin que l’édition limitée d’ores et déjà disponible en précommande vous parviendra avec un livret de 24 pages, une lithographie exclusive possiblement dédicacée et une version DVD de l’album conçue pour récréer les conditions sonores de l’écoute en studio.

News - 17.09.2009 par RabbitInYourHeadlights
 


The Flaming Lips savent gâter les fans

The Flaming Lips sont en ce moment bien occupés à soutenir les Thunder d’Oklahoma City en finale NBA contre les Miami Heat, avec pour cette occasion une relecture de leur hymne Rice for The Prize : Et pourtant entre deux matchs de play-off à supporter Kevin Durant et consorts, le groupe pense également à ses fans en annonçant la (re)sortie de The (...)



Chroniques // 30 avril
The Flaming Lips

Après un With a Little Help from My Fwends encore plus gloubi-boulgesque et boursoufflé que l’album des Beatles qui l’avait inspiré, Miley Cyrus & Her Dead Petz que l’on avait bien fait de ne pas trop (voire pas du tout) prendre au sérieux et un Oczy Mlody d’où pas grand chose ne dépassait, la bande à Wayne Coyne livre sans grande difficulté (...)




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


vendredi 6 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends