12 labels à suivre en 2012 - Raumklang Music

On a vécu ce cru 2011 au rythme de leurs sorties aussi attachantes qu’exigeantes, et on les suivra assurément de près l’an prochain : petit tour d’horizon, mené jour après jour par leurs patrons eux-mêmes, de ces labels singuliers qui ont marqué notre année musicale et qu’il ne faudra plus lâcher d’une oreille, si ce n’était déjà le cas.

Toujours signé chez Tympanik Audio pour ses propres sorties et notamment un troisième opus Elf Morgen en approche rapide dont on peut découvrir en vidéo un lumineux avant-goût, c’est en toute amitié que Dirk Geiger tire la bourre au label chicagoan pour le titre de meilleur pourvoyeur d’IDM à l’Ouest de l’Oural. Quelques compères l’ont d’ailleurs suivi dans l’aventure sans pour autant déserter l’écurie américaine, citons bien sûr Tapage dont le conceptuel et astral Seven fut la première sortie de Raumklang Music cette année et l’une des plus abouties, mais également Erode et Access To Arasaka présents tous deux sur la compilation Snowflakes II en libre écoute via Bandcamp comme l’ensemble des sorties du label allemand. En attendant Paul Nielsen, boss de Tympanik dont nous vous révèleront les réponses la semaine prochaine, c’est donc au tour de l’auteur d’ Autumn Fields (et de Dondukov 15 qui avait donné le coup d’envoi de l’épopée Raumklang en 2008) de se prêter au jeu de l’interview, non pas en beatmaker cette fois mais en patron comblé d’une petite structure en passe de devenir l’une des incontournables du genre.


L’interview


- Si vous deviez nous présenter le label en quelques mots, quels seraient-ils ?

Le label Raumklang Music a été fondé en 2003, et il est spécialisé dans la musique électronique. En 2009 un nouveau chapitre a été écrit dans l’histoire du label. Notre attention est désormais tournée vers l’IDM, la musique industrielle et l’électronica. Raumklang Music défend des sorties de qualité. Des artistes déjà connus mais aussi de nouveaux visages vont y trouver leur place. Raumklang voit la musique comme un transporteur d’idées et de sentiments. Nous sommes l’unique voie de cheminement entre l’expéditeur et la cible... entre l’artiste et son public.

- Comment le contexte économique, technologique et/ou culturel a-t-il influencé votre façon de concevoir l’édition musicale ces dernières années ?

Je pense que le plus gros changement a été le passage d’une clientèle désireuse de tenir le produit physique entre ses mains à celle qui préfère acheter un album en téléchargement. Aujourd’hui il est beaucoup plus difficile de vendre des CD comme ils le faisaient il y a 10 ans. Je pense pourtant que le CD reste meilleur qu’un téléchargement. Parce que si j’achète un CD il ne s’agit pas seulement d’écouter l’œuvre mais aussi de la toucher. Reconnaître ce changement d’attitude et l’accepter a été difficile. D’autre part, cette évolution a également des effets positifs. Il est devenu beaucoup plus facile d’acheter de la musique venant de partout dans le monde puis de l’avoir immédiatement chez soi. Plus besoin d’attendre. Cela a un effet très positif sur les ventes.

- Sur quels aspects voyez-vous le label évoluer en 2012 ?

Raumklang Music va à coup sûr conserver sa ligne musicale en 2012. Il y a de très bonnes sorties en approche dans le pipeline, je pense que le label se développera encore l’année prochaine et qu’il a ce qu’il faut pour devenir un élément important sur la scène IDM.

- Quel artiste du label vous a le plus impressionné cette année, et pourquoi ?

C’est difficile à dire, parce que tous les artistes qui ont publié chez Raumklang Music cette année sont de grands musiciens. Mais je pense que les sorties les plus surprenantes de l’année ont été Dizzy de Brazda Lui Novac et Broken Time de r.roo.
Dizzy a surpris par son mélange de modernité IDM et d’électro old school. Il n’y avait rien eu de pareil auparavant. Ou du moins pas à ma connaissance.
Broken Time a surpris par sa complexité. r.roo arrange ses chansons d’une façon incroyablement intelligente. L’aspect ludique de l’album fait de son écoute un vrai plaisir. Et tout ça de la part d’un aussi jeune artiste. Je suis sûr que nous entendront beaucoup parler de r.roo à l’avenir.

- Un nom à surveiller de près sur le label l’année prochaine ?

Oh oui bien sûr. Par exemple, le duo IDM italien Alteranima, les Français d’Exosphere ou le side project de Lucidstatic, Pandora’s Black Book, sont autant de projets brillants qui sortiront leurs surprenants prochains albums sur Raumklang Music. Je suis certain que vous pouvez les attendre avec impatience.

- Un dernier disque à écouter avant la fin du monde ?

Geosynchron d’Access To Arasaka ou Broken Time de r.roo pourraient sûrement ménager une transition en douceur.


Raumklang Music en 2011


- Un disque : r.roo - Broken Time

Patron de l’écurie Someone Records dont la compilation Someone Somewhere Vol. 1 nous laissait entrevoir il y a peu via Bandcamp tout le potentiel lyrique d’une scène électro ukrainienne décidément en pleine ébullition (cf. Kvitnu), auteur de pas moins de quatre albums en 2011 et même en toute fin d’année d’un split EP avec le mystérieux Papillons de la Guerre passé quelque peu inaperçu et pourtant non moins épique, r.roo nous prépare déjà la suite avec un nouvel opus prévu cette fois chez Abstrakt Reflections et dont un virevoltant premier extrait du nom d’Open Mouths vient d’être révélé via Soundcloud. Autant de raisons pour les novices de papillonner un peu au hasard dans la disco de ce stakhanoviste du versant le plus cafardeux de l’IDM, mais si l’on devait retenir un seul disque à ce jour du jeune Andriy Symonovych, il s’agirait sans conteste de ce Broken Time, chef-d’œuvre d’épure mélodique dont le piano mélancolique et autres nappes au spleen plus synthétique et inquiétant viennent se lover dans la spirale sans fond des constructions rythmiques, telles les derniers vestiges fragiles d’une innocence perdue consciente de finalement devoir se laisser engloutir par sa part de ténèbres.


- Un morceau : x3d5 - Last Year’s Murder Of Lie

Parce qu’il s’agit peut-être là du sommet anxiogène et martial de Purple Face Of Chaos, quatrième opus fuligineux du Russe Vitaly Stromchinsky qui en compte pourtant bien d’autres. Un disque qui vous prend à la gorge et ne vous relâche qu’une fois vos poumons emplis de cendres, de quoi offrir de beaux cauchemars aux amateurs de Scorn comme à ceux de Zeller ou d’Abstract Avenue.


- Une vidéo : Grauraum - Through The Children’s Eyes

Car moins qu’aucune autre, la musique de l’ex Hotaru Bay Simon Schikora ne pouvait se passer d’images, fussent-elles mentales. On aurait même pu s’attendre à quelque chose de plus cinématique au regard de l’univers de Shades, qu’ouvre ce Through The Children’s Eyes à la croisée de l’IDM, du dark ambient et de l’électro indus, mais en épousant les rythmiques de l’Allemand ces abstractions aquatiques n’en font pas moins leur petit effet.


- Un streaming (du jour) : Brazda Lui Novac - Dizzy

Car comme le dit très bien Dirk Geiger, la musique du Roumain Victor Popescu fait office de véritable pont entre deux époques : celle où les pionniers du label Warp dominaient sans partage le petit monde de l’IDM, et la nôtre, nettement plus difficile à suivre mais d’autant plus passionnante.


Raumklang Music sur Facebook - Site Officiel - Bandcamp



English version :


- If you would have to indroduce the label in a few words, what would they be ?

The record label Raumklang Music was founded in 2003 and is specialized in electronic music. In 2009 a new chapter in the history of the publishing house was written. They turn their chief focus now on IDM, industrial and electronica. Raumklang Music stands for high quality releases. well-known artists and also new faces will find their place there. Raumklang Music sees music as a carrier of ideas and feelings. We are the only transportation route from the sender to the target... the artist to the audience.

- How did the economic, technological and/or cultural environment influence your way of thinking about music publishing in the past few years ?

I think the biggest change is the step from the customer who wants hold the physical product in his hands to the customer who prefers to buy a downloadable album. Today it is much harder to sell CDs as they did 10 years ago. I think that a CD is still better than a download. Because if I buy a CD I can not just listen to the work of art but also touch it. To recognize this change in attitudes and to accept it, was difficult. On the other hand, this development has also positive effects. It has become much easier to buy music from all over the world and then immediately have it. No more waiting. This has a very positive effect on sales.

- In which ways could the label evolve in 2012 ?

Raumklang Music will keep his musical line in 2012 for sure. There are really good releases in the pipeline and I think that the label is growing again next year and can become a permanent fixture in the IDM scene.

- Which artist from the label impressed you the most in 2011, and why ?

That’s hard to say, because all artists who has released on Raumklang Music this year are great musicians. I think the most surprising releases of the year were Brazda Lui Novac’s Dizzy and r.roo’s Broken Time.
Dizzy surprised by its mix of modern IDM elements and old school electronics. There was nothing before like that. At least I would not have known.
Broken Time surprised by its complexity. r.roo arranges his songs incredibly smart. The playfulness of the album makes the listening a real pleasure. And all this from such a young artist. I’m sure we’ll hear a lot from r.roo in the future.

- A name to watch closely on the label next year ?

Oh yes for sure. For example the italian IDM duo Alteranima, the french guys Exosphere or Lucidstatic’s side project Pandora’s Black Book are acts who do brilliant music and will release their amazing albums on Raumklang Music. I’m sure you can wait anxiously for them.

- A final record to listen to before the world ends ?

Access To Arasaka Geosynchron or r.roo Broken Time can help to have a smooth transition.


Propos recueillis en décembre 2011.


Articles - 15.01.2012 par RabbitInYourHeadlights

indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 24 janvier 2019


Sulfure Festival

surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends