Remise des diplômes 2008 par Pol

En attendant le bilan indierockmag/indierockforum en ligne début janvier, les rédacteurs du mag ont quartier libre pour vous présenter leur année 2008. C’est parti pour Pol, recrue 2008 qui nous fait déjà découvrir de nouveaux horizons.

Comme chaque fin d’année c’est l’heure de la remise des diplômes. Et les participants furent nombreux, rendant pour bon nombre d’entre eux d’honorables copies. Une année riche en confirmations, agrémentée de quelques révélations, et une poignée de candidats qui s’en sortent avec la mention "Très bien".

1. Sigur Rós - Með suð i eyrum við spilum endalaust

JPEG - 15 ko

Un groupe en perpétuelle évolution et un album dans la lignée de leur discographie malgré une première approche plutôt déroutante. Cet album c’est comme un condensé de tout leur savoir-faire, des morceaux épiques et intenses, des mélodies simples et envoûtantes et à présent des morceaux plus pop et enjoués. Rarement un album aura été à la fois aussi bon et varié.

2. Why ? - Alopecia

JPEG - 17.3 ko

Dans la lignée de leurs précédents albums, le chant nasillard de Yoni Wolf imprégné de hip-hop est à nouveau magnifié par des arrangements très pop. Une instrumentation qui contraste avec le caractère très sombre de certains textes et qui donne à ce disque un côté aussi original que saisissant. La face A de cet album est composée de titres d’une qualité rare, elle en devient l’une des plus remarquables de sa décennie.

3. Gotye - Like drawing blood

JPEG - 15.7 ko

Ce petit génie belge, expatrié en Australie et amateur de samples en tout genre réalise un sacré tour de force avec son deuxième album arrivé sur le tard en Europe. Un ensemble très éclectique qui parvient à faire cohabiter bon nombre d’influences sans le moindre faux pas. Naturellement doté d’une voix qui n’est pas en reste, Gotye est passé maître dans le choix des arrangements et des ambiances bien établies.

4. Girls in Hawaii - Plan your escape

JPEG - 22.6 ko

Moins rafraîchissant mais plus élaboré que le premier album dont on connaît le succès. Les Belges sont passés à l’étape du deuxième album de belle manière, sans redite et en marquant une certaine évolution. L’ensemble très riche en sonorités est beaucoup moins homogène que son prédécesseur mais regorge de compositions de grande qualité pour ne pas dire de vrais bons tubes.

5. Envelopes - Here comes the wind

JPEG - 9.7 ko

Le résultat d’une belle alchimie. Des influences intéressantes tout d’abord et absolument pas dissimulées avec de belles intonations rappelant les Pixies ou les Talking Heads. Mais également 2 voix particulières et déjantées qui s’assemblent à merveille. Cet album est un véritable condensé de tubes énergiques, de riffs lancinants et de mélodies accrocheuses. Une vraie bouffée d’oxygène.

6. A silver mount zion - 13 blues for thirteen moons

JPEG - 12.8 ko

Quatre morceaux seulement mais non des moindres, avec notamment une introduction et une conclusion intenses et un groupe à son meilleur niveau avec les 1,000,000 died to make this sound et le prodigieux Blindblindblind. Les épopées musicales de A silver mount zion se confirment comme étant des expériences uniques à caractère mystique.

7. Julien Ribot - Vega

JPEG - 15.1 ko

Un voyage étrange le long duquel on se laisse bercer par les textes d’un gars illuminé doté d’une forte identité artistique et au talent certain pour les compositions pop psychédéliques. Un parcours mélodique pratiquement sans faute où l’on croise bon nombre de compositions entêtantes et euphorisantes. Certainement pas l’artiste français le plus médiatisé, mais assurément l’un des plus intéressants.

8. Quiet Village - Silent movie

JPEG - 16.5 ko

Le genre d’album qu’il ne nous est pas souvent donné l’occasion d’écouter. Un véritable concept, une sorte de BO de cinéma, sans film, sans image. Un recueil d’ambiances bien établies et agencées, d’horizons et d’époques divers et variés mais au pouvoir séducteur saisissant. L’idéal pour voyager sans avoir à se déplacer.

9. Adem - Takes

JPEG - 13.6 ko

Difficile d’aller classer au milieu de toutes ces bonnes choses un album de reprises. Et pourtant celui-ci mérite tous les honneurs du monde. Car si le choix des morceaux est excellent, leurs réinterprétations ne sont pas en reste. Adem pose sa patte de manière très marquée et réussit à en faire un ensemble personnel et harmonieux où subtilité et finesse sont au rendez-vous.

10. Borko - Celebrating life

JPEG - 12.6 ko

Chaque année un nouvel artiste islandais de talent tire son épingle du jeu. Et cette fois-ci Borko est le représentant de cette terre isolée où les musiciens s’inspirent entre eux et proposent des œuvres pleines de vie. Dans la lignée des créations de Múm, ce Celebrating life est le résultat d’un bel exercice de studio, et ses 8 titres aux noms tordus sont autant de portes ouvertes vers l’évasion.


Et juste derrière avec mention "Bien" on trouve :

11.Orouni - Out of the window
12.Liam FinnI’ll be lightning
13.Syd Matters - Ghost days
14.Ratatat - LP3
15.The Streets - Everything is borrowed

16.Baltic Fleet - Baltic fleet
17.White Hinterland - Phylactery factory
18.Flight of the conchords - Flight of the conchords
19.Psapp - The Camel’s back
20.Samamidon - All is well

21.Dan le sac vs Scroobius Pip - Angles
22.Juana Molina - Un Dia
23.Laura Marling - Alas I cannot swim
24.Angus & Julia Stone - A book like this
25.The Notwist - The Devil, You + Me


L’année illustrée

  • Le single de l’année

Hearts a mess (Gotye)

  • Le tube qui a tout d’un tube

Thou shalt always kill (Dan le Sac vs Scroobius Pip)

  • Le tube isolé d’un album plus décevant

Knickerbocker (Fujiya & Miyagi)

  • Le revirement de style de l’année

Gobbledigook (Sigur Rós)

  • Le morceau français de l’année

La chambre renversée (Julien Ribot)

  • La révélation de l’année

Dingdong kingdom (Borko)

Une année qui donne envie d’en vivre encore beaucoup d’autres et qui prouve une nouvelle fois que la décennie musicale actuelle est une des plus passionnantes qu’il nous ait été donné de vivre. Il me tarde déjà d’être à la fin de l’année prochaine et de pouvoir en tirer le bilan. Avec cette fois pour bonne résolution, plus d’électro et de musique française, qui sait ?



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mardi 22 octobre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends