Reza, une micro-culture qui fait le maximum

Reza, c’est avant tout le projet semi-acoustique de Reza Hatami, mais ce fut d’abord un groupe, le temps de deux EPs chroniqués dans nos pages il y a quelques années (ici et ) puis d’autant d’albums tout aussi recommandables, le dernier en date, Moonless (2009) n’ayant d’ailleurs pas échappé non plus à nos oreilles aiguisées. De cette configuration des origines, il ne reste aujourd’hui que le batteur Pierre-Jean Grappin, mais d’autres musiciens sont venus apporter leur petite pierre à la pop-folk en format scope du songwriter franco-iranien désormais précédé d’une belle réputation.

En attestent les plus de mille euros déjà récoltés pour financer son nouvel opus Supermaan, à 24 jours de la clôture de la campagne sur Microcultures, à tel point que l’album sortira dès le 30 avril chez French Toast. Après Folk et Angil, c’est donc au tour de Reza de bénéficier de la plate-forme et de ses fameux panier cumulatifs en retour d’investissement - qui vous sont détaillés ici, du single numérique au live à domicile en passant par des raretés en mp3, les places de concerts ou la reprise de votre choix enregistrée rien que pour vous. Avis aux retardataires, il est encore temps de voir votre nom ajouté à ceux des heureux contributeurs et de profiter des avantages associés en fonction de votre degré d’implication.

Quant à l’album, si son auteur apparaît seul sur la pochette, les subtils arrangements de mandoline (Christopher Bartlett), de violoncelle (Julien Grattard) ou de claviers (William Rigout) qui viennent se mêler aux accords graciles de la guitare de Jérôme Pichon ou aux rondeurs de la contrebasse de François Fuchs témoignent à l’image des chœurs d’une ambition intacte et même affinée, culminant sur de belles chansons aussi denses qu’épurées et parfois même poignantes que l’on devine profondément personnelles (Gone For Good, Monkey’s Laughter) mais tout autant sur les embardées noisy en liberté de Shame On You ou cette reprise faussement légère du classique des Go-Betweens, Love Goes On ! (il fallait oser, et le talent pour y arriver surtout). Sans parler du doux-amer Minus Two et du plus électrique et bluesy A Day Of My Life, que French Toast nous fait partager dans le cadre d’une bien belle série de singles numériques qui se poursuivait cette semaine avec les excellents Pokett :


Mais ça y est on s’est trahi... eh oui, on a déjà écouté l’album. Alors pour vous faire patienter jusqu’à sa sortie, ajoutons cette petite session qui parle d’elle-même en nous dévoilant la chevauchée feutrée de l’habité The House Near the Airport... "emballé c’est pesé" comme ils disent :


Côté scène enfin, outre le showcase organisé ce jeudi 26 à la toute jeune Fabrique Balades Sonores (1 avenue Trudaine, Paris 9e), on vous propose justement pas plus tard que tout de suite de gagner deux places pour le concert de Reza au Divan du Monde le 2 mai, où il se produira en compagnie d’Overhead et de Cleo T. à l’actualité également chargée... comme quoi on ne fait pas si mal les choses à IRM.


Photo : Oliver Peel.

News - 23.04.2012 par RabbitInYourHeadlights
 


Concours/interview : les Balades Sonores nous emmènent au paradis

Toujours en quête de découvertes musicales, les Balades Sonores, régulièrement à l’honneur dans nos pages, vont à nouveau nous entraîner dans leurs filets en ce début d’été. En effet, non content d’organiser des concerts tout au long de l’année, nous sommes invités à nous laisser aller au rythme de leur Bitter Sweet (paradise) qui se déroulera du 6 au 15 (...)



Chroniques // 29 novembre 2006
Reza

One time she asked me : "Tu vas aller jusqu’au bout ?"




indie rock mag - IRM des musiques actuelles


mercredi 15 juillet 2020


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends