2008 comme vous ne la verrez nulle part ailleurs.

Viva internet, exit les influences des médias, ouste la mode, l’air du temps, basta les objectifs mercantiles ou d’audience ; ça se passe comme ça sur indierockmag et c’est pas prêt de changer. En avant pour le top du caribou indie.

Cette année, la garce, ne m’a pas laissé tranquille. Du boulot comme s’il en pleuvait, de la musique frisant un peu plus l’excellence et moi au milieu de tout ça qui espère encore qu’à l’heure des bilans, 2008 s’agenouille et demande le pardon pour ne pas nous avoir tous rendus riches et célèbres. Petite insolente, tu pensais peut-être rester dans la confidentialité tandis que la presse publie des tops tous plus hype les uns que les autres, mais c’était sans compter sur mes passions plus si secrètes que ça.

1. Roommate - We Were Enchanted

Non, vous ne rêvez pas, Roommate est sans conteste mon coup de foudre de l’année. Faut pas prendre ça à la légère, car Kent Lambert a été touché par la grâce tout au long de We Were Enchanted, et dieu sait que ça n’arrive pas 50 fois dans une vie. Dans la catégorie les orfèvres, il marie plus que quiconque cette année les sonorités délicates, un songwriting bluffant et un chant captivant. Et pourtant la concurrence était forte mais en 8 titres seulement, il remporte haut la main la prime au bouleversement.

.

Liens : Chronique - Site Officiel - Myspace

2. Girls In Hawaii - Plan Your Escape


Sale temps pour les belges, 2 albums, 2 joyaux et ils se font malgré tout voler la place par un chicagoan. Et je suis le premier à m’offusquer devant cette injustice. J’ai beau avoir une place de choix au sein de la rédaction, avoir maintes fois déclaré mon amour pour la Belgique et ses artistes, on m’a répondu : faut classer ! 1er groupe made in Europe tout de même, comme quoi ils ont bien fait de prendre leur temps pour ce second album.

Liens : Chronique - Site Officiel - Myspace

3. My Raining Stars - From St Saviour To Quickwell


La grosse suprise reste tout de même ce coup de revival parfaitement maitrisé et signé My Raining Stars. Un artiste toujours sans label et qui rivalise pourtant avec la plupart des groupes qu’il citait dans l’interview qu’il nous avait accordée. Comme quoi, s’il fallait toujours attendre les labels pour se faire plaisir, on en raterait de bien belles choses. Un temps d’avance ? Un temps de retard ? J’en sais rien et je m’en fous. Quelques spécialistes de "real indie pop" outre-manche ont déjà dit tout le bien qu’ils pensaient de My Raining Stars, moi aussi.

Liens : Interview - Myspace

4. These New Puritans - Beat Pyramid


Surpris toujours que je suis, de ne pas avoir plus entendu parler de These New Puritans à l’heure des bilans. Qui ont sorti un album aux interludes aussi improbables, truffé de titres de malades mentaux, véritable album de frappés, énergique à souhait, puissant, entêtant, dansant un peu n’importe comment. Avec un son pareil, c’était évident que j’allais devenir rapidement adepte. Vivement la suite.

Liens : Site Officiel - Myspace

5. The Mountain Goats - Heretic Pride


C’est tout de même avec une étonnante facilité que John Darnielle enchaine les albums tous plus réussis les uns que les autres. Il est clair que du côté des Mountain Goats, c’est le métier qui parle. Superbe conteur, songwriter appliqué, le temps d’amadouer sa voix et on tombe ensuite amoureux de ce groupe humble et passionné.

Liens : Chronique - Site Officiel - Myspace

6. Maczde Carpate - Bâtard


Le rock en France n’est pas mort. Certes, on ne compte plus les amateurs de bières et de filles toujours prêts à sortir les guitares, à spammer le web en guise de promo. Mais rien à voir avec Maczde Carpate, groupe authentique, efficace et tourmenté qui confirme avec Bâtard ô combien ils sont depuis 10 ans largement au-dessus du lot commun et loin d’être un jour égalés dans leurs humeurs spéciales.

Liens : Interview - Chronique - Site Officiel - Myspace

7. Liam Finn - I’ll Be Lightning


C’est plutôt une brillante idée qu’a eue le gamin Finn de se lancer dans une carrière solo. Son talent ne demandait semble-t-il qu’à être révélé à la face du monde et c’est avec une maitrise impressionnante que ce jeune néo-zélandais exilé fait le tour du monde prêchant la bonne parole et les bonnes coutumes musicales de son pays.

Liens : Chronique - Site Officiel - Myspace

8. Portishead - Third


On a tellement attendu ce 3ème album de Portishead que certains avaient rêvé d’une nouvelle révolution musicale. Ce ne sera pas le cas et il faudra se contenter d’une évolution quasi indus’. Et comme si une vague de froid était venue s’abattre sur notre bonne vieille terre, les frileux sont partis se cacher tandis que d’autres comme moi contemplent émerveillés le début d’une transformation naturelle. Vivement la suite.

Liens : Chronique - Site Officiel - Myspace

9. Helluvah - Emotion Pills


C’est le grand saut pour Helluvah, directement dans la cour des grandes. Cette petite française accrochée à sa guitare, m’avait envouté avec ses démos. Et le passage à un album produit par je ne sais qui m’avait bien fait peur. Rien à faire, le charme tenace de ses compositions est plus fort que tout.

Liens : Chronique - Interview - Site Officiel - Myspace

10. Jean On Jean - Jean On Jean


Pari risqué de placer Jean On Jean dans mon top 10. L’album vient tout juste de tomber sur ma platine et j’applaudis avec force un album de longue maturation. Me prend l’envie de réécouter le dépouillé Pod des Breeders, quelques This Mortal Coil enveloppés de voix féminines, ou un peu de twee pop pour m’oxygéner. Pas impossible que vous en sachiez plus prochainement, mais en attendant je me régale.

Liens : Myspace

The Others

Évidemment, y’a eu un hold-up avec toutes ces nouvelles têtes en 2008. Neil Halstead et son Oh ! Mighty Engine par exemple aurait tout aussi bien pu faire chavirer mon coeur avec un album folk, simple et humble. Il s’en est fallu de peu.

Côté français, c’est mon manque d’assiduité à mettre le nez dans les nombreuses sorties hexagonales qui a desservi les albums Nous (en) sommes encore là de Expérience, You Can Not Be Serious de HitchcockGoHome ! pour n’en citer que deux que je rêve d’écouter. La faute à pas de temps.

Pas de bol non plus cette année pour les adeptes du "Back To The Future", British Sea Power et Jeremy Jay ont puisé chacun à leur façon dans quelques héritages pop/rock dont on ne se lasse toujours pas et échouent à quelques encablures du top ten. Quelques jeunes pousses auraient également pu avoir mes faveurs : Pete And The Pirates, Lykke Li et Envelopes. Mais les plus accrocs d’entre vous feraient bien aussi de passer faire un tour du côté de Ghost Of The Russian Empire, Paper Rival, Dark Dark Dark ou encore The Lodger qu’on attend tous au prochain tournant.

Mentions spéciales


- à Alban Dereyer et She Demons qui m’ont déjà bien titillé les tympans et qui devraient faire parler d’eux avec un premier album en 2009 ;
- à Deerhunter qui peut se targuer d’aligner un superbe album assorti de la plus belle front cover de l’année ;
- à King Creosote et Shearwater qui se sont lancés un concours à qui fera mieux que Mark ’Talk Talk’ Hollis ;
- à Parkside, Forza Benelux ;
- et au Girls Don’t Care de Eef Barzelay qui a assommé de classe son album.



indie rock mag - IRM des musiques actuelles


jeudi 12 décembre 2019


àýlaýune



surýlesýplatines


nouveauxýmédias



IRMýXýTP


ligneýdeýmire


selectionýirm


friends